Imprimer
chezmonveto

picto La grande douve : mon élevage est-il vraiment épargné ?


La grande douve vit dans les canaux biliaires du foie des ruminants. Le cycle de ce parasite passe obligatoirement par un hôte intermédiaire, un petit escargot appréciant les milieux humides : la limnée tronquée.


Mes prés ne sont pas marécageux ou ont été drainés


Le risque d’infestation par la grande douve est lié à la présence de zones humides dans, mais aussi autour, des parcelles pâturées. Les limnées vivent au bord des eaux stagnantes toutes l’année mais également ans des gites secondaires à proximité : zones à empreintes de sabots autour des abreuvoirs, ornières, zones de ruissellement… Il n’est pas rare d’en trouver dans les canaux de drainage !

 

Je n’ai jamais vu de limnées dans mes pâtures


La présence de limnées dans les pâturages est un signe indirect mais très fiable de la présence de douve dans votre cheptel. Cependant ces dernières sont peu visibles. Ce sont de petits gastéropodes (escargots) amphibies mesurant environ 1 cm, qui prennent la couleur de leur milieu de vie. L’été, elles sont enfoncées dans la boue et l’hiver elles sont en vie ralentie dans l’eau. Leur repérage est difficile, même quand on les cherche.

 

L’année a été très sèche, mes animaux ne seront pas infestés


Il faut aussi savoir que, paradoxalement, en cas de sécheresse, le risque douve est majoré. Dans ce cas, en effet, les animaux se concentrent autour des points d’eau et là où l’herbe est la moins rare : donc dans les zones les plus à risque !

 

Mes animaux au pré ne souffrent pas de diarrhée et ne sont pas amaigris


Ces symptômes peuvent être le signe d’une infestation massive des bovins pâturant en zone très contaminée mais le plus souvent la maladie « fasciolose » est discrète.


Les troubles de santé provoqués par la grande douve sont peu caractéristiques mais très pénalisants économiquement : Les larves de douves provoquent de graves lésions du foie en s’y déplaçant. Les douves adultes vivent, elles, dans les canaux biliaires. Elles se nourrissent de sang et prélèvent une partie des ressources nutritives de l’hôte.

 

Elles perturbent le fonctionnement du foie, ce qui engendre des troubles digestifs et métaboliques qui pénalisent la croissance, la reproduction et l’immunité des animaux. Les bovins infestés peuvent être anémiés et mangent moins, leur durée d’engraissement s’allonge. La production laitière et le TP baissent.


La reproduction est également impactée, par insuffisance de production d’hormones : Les génisses sont en retard de croissance et de puberté. L’intervalle vêlage-vêlage des vaches augmente.

 

Leur colostrum est de mauvaise qualité, pauvre en anticorps, ce qui augmente indirectement la fréquence et la gravité des maladies des veaux, notamment des gastro-entérites néonatales. De manière générale, la présence de parasites détourne l’immunité et diminue l’efficacité des vaccinations : l’animal se défend moins bien contre les maladies d’origine virale et bactérienne.

 

On dit que les animaux douvés sont gonflés sous la mâchoire inférieure

 

Certains animaux amaigris peuvent effectivement présenter un œdème de l’auge ou « signe de la bouteille ». Tardif et de mauvais pronostic, ce signe n’est pas spécifique de la fasciolose et peut être observé aussi chez des animaux souffrant par exemple de péricardite (consécutive à un corps étranger), paratuberculose, forte infestation par des strongles gastro-intestinaux…

 

Je n’ai pas de saisie de foies en abattoir

 

Auparavant, certains abattoirs mentionnaient la saisie du foie sur les tickets de pesée en précisant D, pour « Douve », ou cholangite chronique (épaississement des canaux biliaires). Aujourd’hui, l’information est rarement transmise à l’éleveur. De plus, en cas de faible infestation, les incisions pratiquées sur le foie peuvent ne pas mettre en évidence les parasites.

Les douves et/ou les lésions du foie peuvent néanmoins être découverts à l’occasion d’une autopsie.

 

Ma laiterie me dit que je n’ai pas de douve dans mon cheptel

 

Une analyse sérologique sur lait de tank peut être demandée en fin d’automne. Son résultat est souvent délicat à interpréter en cas d’infestation partielle du troupeau. En effet, le résultat est positif seulement si plus de 40% - 50% dans certaines études- des animaux en production sont douvés car les anticorps sont très dilués dans le lait. Un résultat négatif, qui de plus ne concerne ni les mâles ni les génisses ou vaches taries, n’offre donc pas de garantie que le cheptel soit complètement sain.

 

L’analyse des bouses est négative

 

Dans les canaux biliaires, les grandes douves pondent des œufs en très petite quantité, qui transitent par l’intestin. L’examen des bouses, ou coproscopie, révèle parfois la présence d’œufs de douve mais, là encore, il s’agit d’une méthode peu sensible car l’excrétion des œufs est aléatoire, faible et tardive.

 

Quelle est donc la méthode de choix pour diagnostiquer la fasciolose ?

 

La recherche d’anticorps sur le sang d’un échantillon d’animaux ayant pâturé en zone humide reste le moyen diagnostique le plus fiable. Les anticorps sont décelables dès 15 jours après infestation et vont persister 2 à 6 mois y compris après un traitement douvicide. Vous pouvez donc profiter de la prophylaxie annuelle pour en parler à votre vétérinaire et demander une analyse sérologique individuelle ou en mélange par 5 d’animaux de même catégorie en vue d’établir le traitement par lot le plus judicieux.